Accéder au contenu principal

Moi Christiane F. : une vraie réussite !

Moi Christiane F


Lorsque j'ai lu qu'Amazon Prime projetait d'adapter en série Moi Christiane F., 13 ans droguée prostituée, un de mes films cultes ultimes, j'ai littéralement poussé un cri de terreur.

Mais pourquoi ?  Etait-ce vraiment utile de toucher à ces thèmes si sombres et déjà si magnifiquement racontés dans le livre Wir Kinder Vom Bahnhof Zoo, sorti en 1979 puis adapté en film en 1981 ? 

Contre toute attente, j'ai quand même jeté un oeil, en abordant l'objet simplement comme une inspiration lointaine, et ne cherchant pas à y retrouver le long métrage que j'avais connu. 

Force est de constater que je suis resté scotché...

Moi Christiane F. est une vraie réussite, servie par des acteurs incroyables, qu'on ne peut pas s'empêcher de regarder avec compassion. Si la série est moins sombre que le film, et assume volontiers un côté davantage Teen Movie, elle n'épargne pas pour autant le spectateur des pires détails glauques d'une vie de jeune junkie, prêt à tout pour avoir sa dose.

La magnifique photographie pose ses yeux sur une jeunesse plus que jamais désenchantée et établit probablement un parallèle entre la plupart des jeunesses désoeuvrées de chaque décennie, celles qui cherchent avant tout à être aimées.  

Visuellement souvent proche du clip vidéo, la série offre aussi de grands moments romantiques et oniriques, teintées de surréalisme. Je pense par exemple à cette scène où les protagonistes semblent s'envoler en apesanteur en pleine discothèque.

On pense bien entendu à Trainspotting et A Requiem for a Dream pour les références, mais également à la récente pépite It's a sin (série sur les débuts du SIDA en Angleterre, diffusée sur Canal +), qui décrit elle aussi une galerie de jeunes destins brisés.

La Bande Son de son côté est un vrai régal, avec un lot important de morceaux de David Bowie, qui s'il avait fait une apparition dans le film original, n'avait jamais de son vivant autorisé qu'on utilise son oeuvre comme musique de film.

Le son est par ailleurs un vrai prétexte à moderniser cette histoire et à faire prendre conscience que son thème central, les ravages de la drogue, reste malheureusement universel et actuel.

Ainsi certains se plaindront de l'aspect anachronique, trop moderne pour l'époque, du son diffusé à la discothèque où se retrouve cette bande de jeunes, mais à bien tendre l'oreille on s'aperçoit que c'est un type de techno qui évoque très bien la techno berlinoise de ces années-là, et qui fonctionne finalement très bien à n'importe quelle période. On a aussi un mélange d'anciens titres, de chansons qui sonnent comme de l'ancien (Cigarettes after Sex sonnent comme Nico) , des tubes modernes, et des reprises de hits très actuels (la version de Chandelier par Damien Rice est tellement meilleure et émouvante que l'originale).

Bref, alors que je criais au sacrilège, je trouve maintenant que cette série est une relecture intelligente, qui dépoussière totalement l'original, dotée d'une Bande Originale de folie et de personnages incroyablement attachants. 

A voir de toute urgence sur Prime Vidéo !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Hommage à David Bowie : Duran Duran offre une nouvelle reprise magnifique

Le 10 Décembre 2016 l'immense David Bowie nous quittait, emporté par un cancer.  5 ans plus tard sa présence est toujours si palpable qu'on a l'impression qu'il a réussi à accéder à l'immortalité.  Pour rendre hommage à cet artiste caméléon qui a tellement apporté dans tellement de domaines, de nombreux artistes internationaux ont donné samedi soir un concert virtuel de trois heures, dont les bénéfices - le ticket était de 25 euros - doivent être versés à l'association Children in need, chère au white Duke. A Bowie Celebration : Just For One Day, visible sur le site  rollinglivestudios.com  a ainsi passer un moment bowiesque en compagnie de Yungblud, Billy Corgan des Smashing Pumpkins, Ian Astbury de The Cult, Boy George, Adam Lambert, Duran Duran et bien d'autres ... Les membres de Duran Duran , qui ont toujours clamé haut et fort leur affiliation directe à David Bowie, et qui avaient déjà à leur actif pas moins de 7 reprises du chanteur androgyne, ont pro

Love and Anarchy ou le jeu de la séduction au pied de la lettre

Envie de découvrir une série légère et rapide à regarder ? Je te conseille sans hésiter la petite pépite suédoise  Love & Anarchy, disponible en ce moment même sur  Netflix. On y découvre la très coquine Sofie, consultante marketing dans une maison d'édition, qui se retrouve emportée par l'ivresse d'un jeu de la séduction aussi drôle que dangereux avec Max, le jeune informaticien de son service. Sans divulgâcher l'histoire, je peux te dire que le ton et le rythme de cette comédie sentimentale m'ont un peu fait penser à Sex Education , mais surtout au film culte Jeux d'enfants , sur lequel se sont rencontrés Marion Cotillard et Guillaume Canet . Là aussi les deux protagonistes se stimulent en s'attribuant des gages, sur le mode du "Cap ou pas cap?" et les conséquences donnent lieu à des situations rocambolesques, pour notre plus grand plaisir... Les personnages sont aussi malicieux qu'attachants, le jeu est juste, le scénario est inventif s

The undoing : le thriller psychologique qui va te tenir en haleine!

  Au sommet des séries à voir actuellement en streaming, figure sans aucun doute The Undoing, avec Nicole Kidman (ici à la fois actrice et productrice) et Hugh Grant . L'histoire suit Grace Sachs (Nicole Kidman), une riche thérapeute à succès, heureuse au sein de sa petite famille modèle composée de Jonathan Sachs (Hugh Grant), mari plus que parfait, et de son jeune fils, élève d'une école prestigieuse. Mais alors que son quotidien vient souvent faire rimer luxe et insouciance, l'univers maîtrisé de la jeune femme vole littéralement en éclats le jour où son mari se retrouve soupçonné du meurtre sordide d'une jeune artiste. L'intrigue se mue alors en une suite de rebondissements où chaque personnage est susceptible de révéler ses travers, loin des belles apparences.  The Undoing , qui signifie littéralement "les choses si on pouvait les défaire et les refaire", est une brillante adaptation du roman "Les première impressions" de Jean Korelitz . T