Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2009

Les Vedettes : On ne nous fera pas dire n'importe quoi, on est des filles libres !

Pas la peine de me perdre dans le métro pour me rendre à ma nouvelle interview cette fois, car il suffit de traverser la route pour rejoindre deux demoiselles plutôt très sympathiques, qui vont me parler de leur groupe, de leur album et de leurs concerts. Je te dispense de la petite entrée en matière habituelle du style "le soleil commençait à poindre, et j'apercevais au loin l'entrée de l'hôtel ou mon entretien devait avoir lieu. Comme d'habitude je sentais mon coeur battre distinctement ..." Comment ça tu es soulagé ? Bon, passons ! Je me présente donc à la porte du Café de la Musique, et suis accueilli très chaleureusement ... En prenant place, j'entends "Hola, vous faites des castings chez les journalistes ou quoi ? Pas mal !" Oui je sais en lisant ça tu vas te dire, quel prétentieux encore celui-là... Ben c'est comme ça épicétout ! Na ! Me voila face à deux jeunes femmes charmantes, issus de la formation belge et déjantée Les Vedettes,

Les bleus, premiers pas dans la Police (Saison 2)

A partir du Mercredi 1er Avril Je sais pas toi, mais moi j'attendais leur retour avec impatience ! Après quelques temps de silence radio, les Bleus reviennent enfin pour de nouvelles aventures, mêlant supense, enquêtes policières, et surtout beaucoup d'humour. Cette fois le commissaire Santamaria, alias Patrick Catalifo, a quitté le navire, mais il est remplacé par la truculente Clémentine Célarié, qu'on sera tous contents de retrouver pour son premier rôle de personnage récurrent dans une série. L'équipe de jeunes lieutenants stagiaires, elle, répond toujours à l'appel, toujours touchante lorsqu'elle doit rester efficace sur le terrain avec la maladresse des débutants : Alex, ancien délinquant plutôt fonceur, Lyes, incollable en ce qui concerne le code civil, Nadia, qui se questionne régulièrement sur la légitimité de sa place dans la Police, Laura, probablement la impulsive et la plus rebelle du groupe, et the last but not the least : Kevin, son collocata

Jamais 2 sans 3 (Téléfilm - France 3)

le jeudi 26 mars, à 20h35 sur France 3 Rendez-vous le 26 Mars avec cette comédie inédite et pleine de piquant "Jamais 2 sans 3" , r éalisée par Eric Summer, avec Édouard Montoute (rôle d'Etienne Garreau), Bruno Madinier (rôle d'Alex Le Guen), Clémence Bretécher (rôle de Melissa Bernard), Lucie Jeanne, Stéphanie Vicat, et Guillaume Carcaud... Dans la même journée, Etienne, flic de la BAC, perd son coéquipier en opération et apprend qu’il va être papa : Angèle, qui l’a quitté il y a 7 mois, est en effet sur le point d’accoucher. Comme deux malheurs n’arrivent jamais seuls, il découvre avec horreur, au lendemain d’une soirée où il a cherché à dissoudre ses problèmes dans le whisky, qu’il a peut-être couché avec un homme. Lorsqu’il apprend qu’Alex, avec lequel il a passé la nuit, est son futur partenaire, il doit accepter l’évidence : sa vie est un beau bordel ! Résoudre l’enquête autour d’un serial killer, accepter sa paternité et régler son histoire avec Alex, te

Le regard des autres (Théâtre)

Trois jeunes artistes partagent un appartement à New-York. Quelques jours avant Noël ils se retrouvent dans un restaurant branché de l'East Village. Stephen, en attendant que ses pièces soient jouées, écrit des critiques de cinéma sur internet. Petra, auteur idéaliste, vient de rentrer après six mois passés à faire du strip-tease au Japon. Mark, ancien amant de Stephen, est également de retour après une cure de désintoxication au cours de laquelle il a trouvé la foi. Dans cette atmosphère de fin d'année, où les émotions sont exacerbées, chacun se débat avec ses sentiments et son profond besoin de s’affirmer en tant qu’artiste. Avec un regard tendre et plein d'humour, Christopher Shinn pose les questions de l'art, de l'amour, de notre rapport aux autres et au monde qui nous entoure. « La pièce de Shinn parle de rêve et d'amour. Une telle écriture est rare » The Independent (Londres) « Avec grâce et compassion, Shinn dessine des personnages piégés en eux-m

Peter Von Poehl : Ce nouvel album est une vraie libération par rapport au précédent !

Une fois encore, le soleil est au rendez-vous, comme pour mieux accompagner le trajet qui me mène à mon nouvel "artisan de la musique", Peter Von Poehl. Son album "May Day" sonne résolument plus pop et plus rythmé que le précédent, mais il compte toujours son lot de balades tranquilles et enchanteresses, particulièrement propices au recueillement. Là, parfois sa voix s'élève comme celle d'un ange, prenant le temps de peser le poids de chacun des mots, à l'époque même où le format du sms est de mise et où les syllabes sont avalées à la sauce rap ou r'n'b. Pendant les moments d'exception que nous offre Peter, on jurerait entendre quelques touches d'orgue de barbarie, juxtaposées aux accords de cuivre, et de cordes. Quelques grammes de finesse dans ce monde de brutes en somme ! Comme par hasard le lieu de notre rendez-vous a été changé au dernier moment ... pour une Eglise ! Je me dis que ce n'est sûrement pas par hasard, le titre de l&

Down to Earth, Jem (sortie le 21 Avril)

Le nom de Jem ne te dira sans doute pas grand chose, et pourtant cette toute jeune artiste, auteur, compositrice, et productrice a déjà une carrière très riche en collaborations diverses derrière elle (elle a notamment co-écrit "Nothing Fails" , pour Madonna et travaillé avec Adam Freeland and Fatboy Slim ). Forte de déjà plus d'un million de disques vendus aux USA depuis son premier album sorti en 2005 « Finally Woken » , elle revient quatre ans après (mieux vaut tard que jamais) avec un nouvel opus, comme teinté de nombreuses strates atmosphériques, et qui commence délicatement, par quelques accords de piano et le son du battement d'un coeur qui s'emballe. La voix délicate et chaude de la jeune femme, qui peut faire penser à un mix entre celle de Dido et celle de Lily Allen, tutoie ici des arrangements magiques et qui font voyager. Sur "Down to Earth", à la fois urbain et orientaliste, on a l'impression d'entendre le vent souffler sur le

King's Queer + Mauvais Genre

Ne manque surtout pas le concert de nos amis les King’s Queer , fruit musical déjanté d’un Transboy et d’une lesbienne, qui vont sans doute mettre une ambiance de folie avec leurs textes forts remettant en question la société hétéronormée. Cerise sur le gateau, le duo sulfureux Mauvais Genre s'incrustera sur scène pour chanter 4 de ses titres. Un rendez-vous qui promet ! King's Queer : myspace.com/kingsqueer Mauvais-Genre : myspace.com/mauvaisgenres « King's Queer » + Mauvais Genre au Yono le 27 Mars à 21h - rue vieille du temple - 75004 Paris - Paf : 5 euros

Vues d'en face (Festival Cinéma)

Comment vivre son homosexualité et affirmer son identité dans un milieu familial intolérant ou dans un climat politique répressif? Comment continuer à faire évoluer les mentalités ? Au travers de fictions comme The world unseen ou Corazones de mujer ou de documentaires tels que Homophobie à l’italienne , les films de cette nouvelle édition du festival « Vues d’en face » interrogent la perception de l’homosexualité à travers les différentes cultures du monde actuel et mettent en avant la création cinématographique d’aujourd’hui. Cette année tu vas pouvoir voir les nouveaux films très attendus de réalisateurs et réalisatrices phares du paysage cinématographique des éditions précédentes et de celles à venir : Drifting Flowers de la réalisatrice du magnifique Spider Lilies diffusé en ouverture du festival l’année dernière, Saturno contro de Ferzan Ozpetek auquel on doit Hammam et Tableau de famille ou encore Itty bitty titty committee , le nouveau film de Jamie Babbit la réalis

Quaintance (1902-1957) (Expo-photos)

Avec cette nouvelle exposition exceptionnelle, découvre ou redécouvre l'icône gay américaine de 1950, ou l'émergence d'une nouvelle esthétique gay, l'idéal viril, autrement dit tous les héros homosexuels : cow-boys, policiers, marins, matadors, etc... évoluant dans des lieux symboliques : saunas, bars, discothèques. Au programme : jeunesse, beauté, force physique, virilité. Ca fait saliver non ? George Quaintance va ainsi peindre environ 60 peintures en 6 ans. En 1951, il illustre la première couverture de "Physique Pictorial" de Bob Mizer et d'autres magazines gays : Grecian Guild, Adonis, Demi-Gods, Der Kreis, etc... Ses peintures sont très recherchées, tout comme ses sculptures, qui s'échangent de collectionneurs à collectionneurs et ne sont pas dans le marché public de l'art. Le monde de Quaintance est un rêve, un monde utopique avec des garçons glamours aux corps parfaits. A ne pas manquer pour les photos de ses modèles et des photos d

Martin Rappeneau : l'amour, c'est le vrai désir suprême !

Me voici embarqué vers un nouveau voyage, une nouvelle rencontre d'un autre type ... Pendant le trajet en métro, je constate qu'à chaque interview c'est le même sentiment qui revient : Une espèce d'excitation mêlée de trac. Après tout finalement, qu'y a -t-il de naturel lorsque deux personnes qui ne se connaissent ni d'Eve ni d'Adam, s'installent l'une devant l'autre pendant 30 minutes, et doivent converser de musique, phénomène si abstrait et mystérieux ? Allez on arrête un peu de divaguer ... Direction les locaux d'Universal, ou je m'apprête à attendre ce chanteur débonnaire à l'oeil malicieux, prenant place sur le canapé disposé à l'entrée. Finalement je ne m'installe pas très longtemps voyant notre homme arriver d'un pas décidé, avec un cameraman, et la responsable de la promo web. C'est un Martin Rappeneau tout sourire qui vient à ma rencontre pour me serrer la main, et nous nous engouffrer tous les quatre dans l