Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mai 25, 2010

Hurts, la prochaine révélation pop d'Outre-Manche

Attendu comme une des révélations majeures de l'année 2010, le duo Hurts est déjà au centre d'un important buzz, avec son imagerie très eighties, faisant volontiers penser à Matt Bianco, Spandau Ballet ou Pet Shop Boys , et à un son qui revendique des influences du côté de chez Duran Duran , Depeche Mode ou encore OMD . Adam Anderson et Theo Hutchcraft, originaires de Manchester, se sont rencontrés à l'extérieur d'une discothèque en 2005. Pendant que leurs bandes d'amis se battaient, eux parlaient musique. Ils ont continuer ensuite à travailler uniquement par internet, sans jamais se voir. Anderson envoyait la musique et Hutchcraft envoyait la voix ... Si leur musique reflète plutôt une sorte de mélancolie classieuse, cela n'empêche pas les deux hommes d'évoquer sans problème une certaine fascination pour les voix féminines, les grandes voix, les musiques de film, Otis Reading , The Righteous Brothers ou encore Prince . Un nouveau du crypto-gay qui

Kaboom de Gregg Araki reçoit la première palme gay du festival de Cannes

C'est donc "Kaboom" le long-métrage du réalisateur américain Gregg Araki qui a reçu Samedi 22 Mai la première "Queer Palm" du festival de cannes. Créé en marge du festival de Cannes «pour sa contribution aux questions lesbiennes, gays, bi ou trans» , le prix a été remis à Michel Burnstein l'attaché de presse du réalisateur, à 18h au Zanzibar, plus ancien bar gay de Cannes et d'Europe. Diffusé en Séance spéciale (séance de minuit), le film raconte le parcours de Smith, un adolescent plutôt ravissant (incarné par Thomas Dekker), partagé entre sa copine blonde délurée et son attirance pour son colocataire, un surfeur desespérément crétin, et ... hétéro ! Un film hyper syxy, plein d'humour, mais aussi avec des éléments de science-fiction et de thriller, qui a convaincu le jury à l'unanimité devant "Les Amours imaginaires" de Xavier Dolan . EN SAVOIR PLUS : http://www.kaboom-lefilm.com/ Un trophée qui récompense donc ce long-métra

Les Misérables au théâtre du Châtelet

Créé d’abord avec succès à Paris par Robert Hossein (1980), Les Misérables attire l’attention du producteur anglais Cameron Mackintosh , qui perçoit l’immense potentiel de l’oeuvre et décide de la modeler sur un archétype anglo-américain. Ecrite par Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg , la comédie musicale est tirée du roman éponyme de Victor Hugo . Les paroles anglaises sont signées Herbert Kretzmer , la musique de Claude-Michel Schönberg et le texte original d’ Alain Boublil . Une scène tournante, véritable innovation technique et visuelle, donne au spectacle toute sa magie. Le spectateur est emporté d’un côté ou de l’autre des barricades, il a l’impression de marcher avec Jean Valjean quand il sauve Marius… Le tout sur une composition musicale d’un niveau rarement égalé dans le genre : chantée de bout en bout, l’oeuvre s’apparente à un opéra. Le succès est immédiat, la gloire et les récompenses pleuvent sur les auteurs, les versions se multiplient dans le monde entier