Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin 11, 2009

Le Couronnement de Poppée (Review d'Opéra)

Une soirée au Grand Théâtre est toujours un ravissement. A ma droite, un ecclésiastique quasi centenaire, tout droit échappé d’un roman de Mauriac, se remémore avec nostalgie les nombreuses représentations des Noces de Figaro auxquelles il a assisté au cours de sa longue vie. Derrière moi, une vieille américaine ravit son auditoire en déclarant avec un délicieux accent que « la vie est trop courte pour boire du mauvais rouge ». Nous sommes bien à Bordeaux. Le Couronnement de Poppée est le dernier opéra composé par Claudio Monteverdi. Il a connu un long sommeil de 300 ans, avant d’être redécouvert en 1888 et de s’imposer au répertoire. Il est généralement considéré comme l’œuvre où apparaît une innovation majeure et appelée à un grand avenir, l'aria. Le livret de Francesco Busenello met en scène les amours adultérines de l’empereur Néron et de la courtisane Poppée, sur fond d’intrigues de palais, d’assassinats et de commentaires impertinents des nourrices et valets. D’une grand

Le Requiem de Verdi (Review de l'opéra du 7 Juin 2009 à la Basilique de St-Denis)

Le maestro napolitain de 67 ans, à la tête de l'Orchestre national de France ( ONF ), du choeur de Radio France vient de livrer une interprétation grandiose du Requiem de Verdi, oeuvre très célèbre composée il y a 135 ans pour célébrer l'écrivain romantique italien Alessandro Manzoni. Riccardo Muti, fidèle du Festival de Saint-Denis, y a dirigé l'ONF dès sa première invitation en 1982, déjà dans le Requiem de Verdi, oeuvre qu'il a aussi enregistrée au disque, dans une version qui fait aujourd'hui autorité. Le maestro, d'une élégance parfaite dans sa battue, réussit à obtenir une dynamique et une précision exceptionnelles tant de l'orchestre que du quatuor de solistes, la soprano italienne Barbara Frittoli, la mezzo russe Olga Borodina, le ténor mexicain Ramon Vargas, que j'avais déjà entendu à Bastille et qui reste assez décevant, et la basse russe Ildar Abdrazakov. La puissance de la musique, magnifiée par une interprétation qui frôle la perfection, s