Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du septembre 30, 2009

David Daniels au Théâtre des Champs Elysées (Classique - Lyrique)

Le 7 octobre prochain , le Théâtre des Champs Elysées accueille le contre-ténor américain David Daniels , pour un programme aussi séduisant qu’ambitieux, qui embrasse l’histoire du chant occidental de Peri à Elgar, en passant par Frescobaldi, Brahms et Reynaldo Hahn. Le récital proposera également un long détour par Haendel, dans les œuvres duquel le chanteur s’est tout particulièrement illustré au cours de sa carrière, notamment Giulio Cesare (Lyric Opera of Chicago), Tamerlano (Bayerische Staatsoper), Arsace dans la comédie Partenope (Theater an der Wien) et Arsamene dans Xerxes. C’est en 1996 que le public international découvrit David Daniels, au Festival de Glyndebourne, par son interprétation de Dydimus de Theodora de Handel (direction de William Christie, mise en scène de Peter Sellars). À la somptuosité naturelle de la voix s'ajoutaient un grand talent d'acteur et une présence scénique incontestable qui lui valurent d’emblée un grand succès. Le public français l'

La blonde du moment : Véronique Sanson

Elle, pour le coup elle est comme Pamela Anderson : Très distinguée ! Véronique Sanson était en concert au Festival de musique féminine Musik'Elles de Meaux Samedi 26 Septembre et on peut dire que là, précisément, elle s'est distinguée ... D'abord elle a invité le maire de la ville Jean-François Copé à venir chanter avec elle, ce qui n'était pas forcément une bonne idée, vu ses capacités en la matière. Ensuite sur "Bahia" elle l'a un peu mis mal à l'aise en portant sa main à son sein afin de lui sussurer le célèbre "Caresse-moi, ho, caresse moi !" Mais ce n'est rien comparé à ce qui a suivi, lorsque Véronique s'est lancée dans une longue improvisation (au moins 5 minutes) durant laquelle elle a chanté le plus simplement du monde "Il faut absolument que je pête" , "Il faut absolument que je chie" , devant l'oeil interdit de l'édile qui terrorisé reculait petit à petit au fond de la scène, tandis que