Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet 11, 2011

La vente de poppers est officiellement interdite en France

Finalement ça n'a pas traîné : Le décret d'interdiction totale de la commercialisation des poppers est paru au Journal Officiel du Jeudi 7 Juillet, assimilant cette fois le liquide à un produit stupéfiant. Seulement Huit jours avant cette date, Etienne Apaire , président de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et toxicomanies (Mildt), annonçait qu'il ne serait plus possible de se procurer les "arômes" autrement que sur ordonnance, et expliquait que cette décision intervenait suite à la consultation des résultats jugés inquiétants du baromètre santé 2010, qui montraient que la consommation des substances à sniffer a grimpé de 1,4% auprès des 18-64 ans au cours des 5 dernières années. Le SNEG (Syndicat National des Entreprises Gaies), qui en Mai 2009 avait pu par un décret faire annuler une première tentative d'interdiction du fait que le produit n'était pas considéré comme un stupéfiant, est cette fois pris de court, et ima

Pride moscovite : Nikolai Alekseev en garde à vue pendant dix heures

Vendredi 8 Juillet, alors qu'ils voulaient simplement déposer les signatures de la pétition d’AllOut.org contre les affrontements constatés à la dernière pride moscovite, quatre militants LGBT ont été arrêtés en fin de matinée devant l'ambassade de Russie dans le XVIème arrondissement de Paris, pour rassemblement non déclaré. D'après une source policière, Louis-Georges Tin , fondateur du comité Idaho, Audrey Grelombe , coprésidente d’Act Up-Paris, , Nikolai Alekseev , fondateur de la pride de Moscou et président de gayrussia.ru, et le photographe américain Charles Micham ont été conduits au comissariat du 4ème arrondissement de Paris pour vérification d'identité, alors que "leur manifestation n'avait pas été déclarée en préfecture" . Tous ont été relâchés en début d'après-midi, sauf Nikolai Alekseev qui lui, aurait "insulté un policier" et aurait donc été arrêté pour outrage. Une quarantaine de militants d'Idaho, Gayru