Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin 8, 2009

L'opéra de Bordeaux (Focus)

Le plus beau théâtre d'opéra de France se trouve à Bordeaux et, depuis 2007, il fait partie du Patrimoine mondial de l'Unesco : le 28 juin 2007, l’Unesco a en effet inscrit Bordeaux au titre "d'ensemble urbain exceptionnel" . La distinction de ce vaste périmètre de 1810 hectares est une première. La Commission du Patrimoine mondial de l'Unesco n'avait encore jamais honoré un ensemble urbain de cette ampleur. Laissons parler Maurice Druon : Bordeaux est une ville superbe, l’une des plus belles d’Europe, donc du monde. Elle a été édifiée sur la latinité : Rome ne pouvait pousser plus loin sa grandeur vers l’Occident. Elle a été wisigothe et donc apte au mélange des peuples. Elle a été durant tout le Moyen Age anglaise autant que française, et elle en garde mémoire dans ses mœurs. Son vaste estuaire l’a disposée à l’envol ; des rêves ; l’Afrique, les Amériques y ont trouvé leur ancrage. Elle a fourmillé de grands hommes et de hauts talents ; elle est la se

Tribune des critiques de disques (Focus)

Excellente nouvelle pour les mélomanes : la Tribune des critiques de disques est désormais "podcastable" sur le site de France Musique : CLIQUE ICI Reprise récemment par François Hudry après une interruption de plus de 20 ans et quelques ersatz plus ou moins convaincants, la Tribune est une émission mythique. Créée et produite après la guerre par les regrettés Armand Panigel, Antoine Goléa et Jacques Bourgeois, elle était pour les mélomanes ce que le Masque et la plume et Apostrophes furent pour les cinéphiles et les amoureux de la littérature. Ponctuée des savoureux échanges de ses participants, l'émission repose sur la comparaison de différentes versions discographiques d'une même oeuvre ; en fait, elle va bien au-delà de la critique discographique et constitue une formidable et souvent très drôle leçon de musique et d'interprétation. C'est grâce à elle que des milliers d'auditeurs ont pu se faire l'oreille, enrichir leur culture musicale et déc

Le Roi Roger (Opéra)

A quelques jours de la Gay Pride, Bastille entre à son répertoire le Roi Roger , de Karol Szymanowski. Si les spectacles d’opéra sont toujours autant prisés du public gay, il est extrêmement rare que l’homosexualité soit évoquée sur scène : les drames qui nourrissent la scène et servent de prétexte aux roucoulades des divas tournent en effet presque toujours autour des amours malheureux du ténor et de la soprano, souvent contrecarrés par les manœuvres perfides du baryton…. C’est dans la production des rares compositeurs gays qu’il faut donc aller chercher de discrètes allusions aux amours homos. Les œuvres se comptent pourtant sur les doigts d’une main. On cite fréquemment Billy Bud de Britten, Prison Break plus ou moins érotique, et Eugène Onéguine de Tchaïkovsky où plusieurs analystes attentifs ont vu la représentation d’une scène charnelle dans le duo du deuxième acte entre Lensky et Onéguine, au cours duquel les voix semblent se caresser, puis s’enrouler l’une autour de l’autr

Les Contes d'Hoffnung

Né en 1925 à Berlin, Gerard Hoffnung se réfugie à Londres en 1939. Génial touche-à-tout, Hoffnung a réalisé durant sa courte existence (il est mort à l'âge de 34 ans) de quoi remplir plusieurs vies : artiste, professeur, réalisateur de dessins animés, caricaturiste, musicien et joueur de tuba, producteur d'émissions radiophoniques... En 1956, Hoffnung organise au Royal Festival Hall de Londres un concert symphonique de pièces burlesques. Des commandes sont passées pour l’occasion à des compositeurs britanniques réputés : Malcolm Arnold, Francis Chagrin, Joseph Horowitz, Gordon Jacob, Franz Reizenstein, Humphrey Searle, Matyas Seiber et Donald Swann. Face à un immense succès, le Festival Hoffnung connaîtra deux éditions supplémentaires en 1958 et en 1961. Depuis, ces pièces ont parcouru les salles de concert du monde entier, déclenchant à chaque fois l'hilarité et l'enthousiasme du public. Au programme du concert (enregistrements disponibles dans le commerce et sur I